Entretien avec Robin Renucci

L’école idéale, nous révèle l’acteur Robin Renucci, serait celle « de la contemplation. Celle qui élève, ne nous met pas en compétition. » Une école où l’Art se fait non seulement outil d’éducation mais arme d’émancipation. Un lieu, un temps, où l’écoute de l’autre, des œuvres, fait grandir. Un moment d’échanges privilégiés et de gratuité préservée.
Une skhole, précise-t-il.

Un sanctuaire, en d’autres termes, où des gouttes de « culture active » parfument  l’ensemble des apprentissages du zeste du désintéressement, l’aromatisent du plaisir exigeant et induisent un goût immodéré pour la profondeur.
Il est important, ajoute le réalisateur, de Faire des petites pas de côtés, de contourner, de détourner les choses afin de se mettre en situation, en pratique. (propos recueillis par Virginie Chrétien)

A découvrir dans le prochain magazine Slow Classes !

© Photo : Le chêne parlant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.